AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum a maintenant 2 mois, et un grand merci à vous tous ♥️

Partagez | 
 

 If you give a little love maybe we can change the world ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 228
❧ LOCALISATION : Auprès de Miya


MessageSujet: If you give a little love maybe we can change the world ?   Mer 22 Fév - 15:52


(c)Tumblr
La cellule claqua. Eryc poussa un profond soupir de lassitude … Et un autre malfrat qui ne nuirait plus à personne ! Le chasseur de prime en avait parfois franchement marre de son métier, ce n’était pas quelque chose d’amusant. Lui, il n’était pas comme ceux qui permettaient de voir la vie apparaître ou de ceux qui participait à quelque chose de beau ! Eryc était chasseur de prime, il traquait des malfrats et les coinçait en contrepartie de quoi, il recevait une somme non négligeable selon la dangerosité de l’individu. Cette fois encore, sa mission avait encore été périlleuse. Il avait écopé de quelques hématomes, égratignures et mêmes coupures. Son ennemi avait sorti un couteau et l’avait entaillé au niveau du torse … Bon, ce n’était rien qui ne vaille un passage par l’hôpital ! Mais Eryc n’allait pas aisément se faire soigner, il préférait de loin se rafistoler tout seul tranquillement chez lui.

« Voici pour vous, merci ! Une fois de plus, vous nous avez été bien utile ! »

Eryc hocha de la tête et prit l’argent que lui devait l’agent de police. Il quitta le commissariat avec la bourse en poche. Avec cette paye, il pourrait emmener sa belle Miya au restaurant … Ils pourraient se payer une belle soirée, comme si le monde leur appartenait et que rien d’autre ne comptait. Le jeune homme esquissa un sourire tout en conduisant jusqu’à chez lui. Leur maison se dressait dans un endroit calme où il faisait bon vivre. Miya et lui n’étaient pas du genre à vivre dans un quartier débordant de vie où tous les jours quelqu’un créait la polémique. Eux, ils avaient besoin de silence et de paix.

Le blond descendit de voiture et se dirigea d’un pas décidé vers la maison. En ouvrant la porte, il découvrit sa belle petite-amie qui venait probablement de rentrer de cours … Ou peut-être revenait-il de chez ce vétérinaire chez qui elle travaillait pour payer ses études ? Eryc n’en savait rien mais il était heureux de la revoir. Ce n’est que lorsque son regard croisa celui de la demoiselle qu’il comprit que les choses ne se passeraient pas comme il l’avait espéré ! En effet, dans sa tête, il avait imaginé qu’elle l’accueillerait à bras ouverts et qu’ils pourraient se faire une belle soirée en amoureux. Mais Miya avait cette habitude de toujours se faire tant de soucis pour lui … Comme s’il n’était qu’un enfant ou une petite chose fragile. Au fond, Eryc aimait ça ! Cette anxiété qu’elle avait pour lui, ça prouvait à quel point elle l’aimait. Mais tout de même … Croiser le regard lourd de reproches de la jeune fille, ça le chamboulait.


« Commence pas Miya, s’il te plaît ! »

Il hocha la tête, sa journée n’avait pas été facile … Si en plus il devait supporter les reproches de sa petite-amie en rentrant à la maison, Eryc serait d’autant plus déçu. Son métier, il ne l’aimait pas ! Mais il leur fallait bien de quoi se nourrir, sans son boulot de chasseur de prime, le blond ne pourrait plus offrir des cadeaux à sa Miya, ils ne pourraient plus non plus vivre cette vie facile qu’ils avaient. Et puis sans son job, il lui restait quoi au juste ? Eryc ne se voyait dans aucune autre carrière, il avait besoin d’action ! Lui, il aimait l’adrénaline et ce côté « dangereux ». Le jeune homme n’essaya même pas d’embrasser sa petite-amie, il n’avait pas envie de lui prouver son amour quand elle était dans ce genre d’humeur.

« Tu sais quoi … Je vais aller soigner ce que j’ai sur le torse et ensuite, je t’emmène au restaurant, d’accord ? »

Eryc savait que Miya n’était pas le genre de femme à se laisser acheter comme ça ! Mais au bout du compte, pourrait-elle une seule fois laisser couler ? Faire l’impasse sur les blessures du jeune homme et juste profiter de ce qu’ils avaient tous les deux et qu’ils ne perdraient jamais. Eryc, lui, ne demandait que ça ! Profiter de leur amour sans se soucier du lendemain, de la veille et des jours sombres à venir … Il monta à l’étage et entra dans la salle de bain. Devant le miroir, il ôta son t-shirt et fronça les sourcils devant l’entaille horizontale qui se dessinait au-dessus de ses pectoraux. Eryc ouvrit l’armoire à pharmacie et commença à fouiner dedans, cherchant désespérément le désinfectant. Où Miya avait-elle rangé ce flacon ?

« Miya, tu sais où est le flacon de désinfectant ? »

À la fois, il n’avait pas envie qu’elle monte … Parce que quand elle entrerait dans la pièce et apercevrait l’entaille sur son torse, elle n’en serait que davantage plus contrarié. Mais Eryc n’avait pas le choix ! Il lui fallait ce désinfectant. Non seulement il devait s’occuper de la blessure sur son torse mais aussi de l’ouverture à sa lèvre inférieure et de celle à son arcade sourcilière droite. La journée d’aujourd’hui avait été rude … Eryc n’était pas un homme faible, il se fichait éperdument d’être blessé dans l’exercice de ses fonctions ! Mais Miya, c’était différent. Elle n’appréciait pas le job de son petit-ami, ils se disputaient un peu trop souvent à ce sujet …

Les bruits de pas dans le couloir prévinrent le jeune homme que sa petite-amie allait débarquer d’une minute à l’autre, il pouvait éventuellement remettre son t-shirt et faire semblant de ne pas être amoché … Mais après tout, Miya découvrirait quand même tôt ou tard qu’il s’était fait toucher ! Parce qu’Eryc l’aimait ! Il l’aimait comme un fou et à elle, il ne pouvait rien cacher. C’est pourquoi le chasseur de prime ne prit pas la peine de masquer sa blessure, il se contenta de s’adosser légèrement au mur froid et d’attendre que la belle ne lui offre ce fameux flacon de désinfectant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 455
❧ AGE IRL : 29
❧ LOCALISATION : Avec mon Eryc


Livre de Conte
❧ CITATION: Noir du prix que celle de l'homme
❧ LIENS:

MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   Mer 22 Fév - 19:58



Avoir peur de perdre celui qu'on aime, est humain


Aujourd’hui, j’ai finie ma journée de cours assez tôt, vers 17h. Puis je ne travaillais pas non cet après-midi, j’ai donc décidée de rentrer aussi vite que possible à la maison. Mais c’est sans compter sur la venue de Prince Jackson, un mec de ma fac. Prince a 23ans et est étudiante en physique, il a les cheveux châtains et les yeux bleus gris. Assez grand et plutôt mince, bref le genre de mec qui ferait chavirer le cœur de toutes les filles de la planète. Toutes les filles, sauf moi car d’une part je suis en couple avec Eryc Hunter, l’homme de ma vie, mon âme-sœur, et secundo, ce mec bien que séduisant ne m’intéresse aucunement. Je le trouve trop superficiel, trop imbu de sa personne et je l’aie bien vue lors de notre première rencontre, alors qu’il venait soigner son chien. Un mec hyper narcissique, pas du tout mon type. Le problème dans tout ça, c’est qu’apparemment, je lui plais et depuis notre rencontre un peu bizarre, il m’arrête pas de me suivre, partout sur le campus, il m’interpelle, vient me parler à la BU et tout le tralala.

J’en avais vraiment marre et j’ai plusieurs fois essayée de l’en dissuader de laisser tomber, rien à faire il continue. Eryc est au courant pour Prince et même s’il ne l’a jamais vu, il le déteste car Eryc le trouve trop collant. C’est bien mon Eryc, trop protecteur envers moi.

Donc comme je le disais, après la fin de mes cours, je décide de rentrer chez moi. Nous avons une maison dans Monatick District, grâce à la paie d’Eryc et la mienne en tant qu’assistante vétérinaire. C’est une petite maison chaleureuse dans un quartier plutôt calme et tranquille, et nous en avons bien besoin, surtout avec le boulot de mon âme-sœur. Eryc est chasseur de prime, c'est-à-dire qu’il pourchasse les truands de la ville et les ramène en prison, après les avoir capturé. Bien sur, c’est un métier à haut risque, car il se fait des ennemis de partout et ces derniers se jurent de se venger de lui. Je sais que ces truands me feront souffrir, étant la petite amie d’Eryc, je faisais une proie toute trouvée pour eux. De ce fait, Eryc se montrait encore plus protecteur à mon égard et je le comprenais, je ferais pareille pour lui.

Le problème c’est que justement, je ne fais du souci pour lui, car touts les soirs, il rentre avec des bleus, des blessures partout à cause des truands qui le blessent alors qu’il est en train de les capturer. On se dispute très souvent et bien sur, je sais que ce soir n’allait pas échapper à la règle. Je rentre de la fac, j’ai été faire quelques courses que je range dans le frigo. Quelques minutes plus tard, Eryc rentre à son tour à la maison. Mes yeux s’agrandissent quand je vois les blessures qui apparaissent sur le corps de mon Eryc. Je suis prête à lui lancer des reproches, quand il me dit que ce n’est pas le moment. Non, mais il se fout de moi, il revient à la maison blessée et je ne dois pas m’inquiéter, non mais il rêve :

- Là, tu rêves mon pot. Non mais tu te fous de moi, tu as vu dans quel état tu es ? Tu es couvert d’hématomes.

Puis comme si de ne rien n’était, il ose m’inviter au restaurant. Il croit que je vais accepter sa demande, il rêve vraiment. Je ne suis pas ce genre de fille qui baisse sa garde dès qu’on lui propose une sortie resto. D’ailleurs, je n’aime pas trop les restos, je préfère un diner à la maison à deux, en amoureux. J’aime les choses simples de la vie. Voyant que j’allais encore dire quelque chose, Eryc monte en haut se soigner.

Alors qu’il monte en haut, mes larmes commencent à tomber sur mes joues, je m’appuie contre la table de travail, comme si cela peut m’aider à ne pas tomber par terre de chagrin. Le prie dans tout ça, c’est qu’il ne m’a même pas embrassé pour me dire « je t’aime ». Rien, comme si cela lui est égal. J’avais envie d’aller m’enfermer dans ma chambre et pleurais à chaudes larmes, mais Eryc m’appelle, me demandant où est le désinfectant. J’essuie mes larmes et monte en haut.

J’ouvre la porte de la salle de bain et je vois alors une image d’horreur. Eryc avait une grosse cicatrice sur son torse. Mes larmes redoublèrent, alors que je lui passe le flacon de désinfectant. Je détaille ses hématomes tout le long de son corps et j’avais envie de hurler. Comment peut-il faire un boulot pareil ? Je risque de le perdre à chaque instant de la vie. Je ravale mes larmes, avant de lui dire :

- Je vois que tu as encore pris de gros risques pour te faire payer.

Soudain la vision d’une vie sans lui, me vient en mémoire :

- Mais bordel de merde, tu ne te rends pas compte que ton boulot est dangereux. Tu risques ta vie, pour des types qui ne sont pas fichues de capturer eux-mêmes leurs truands. Tu te fais des ennemis de partout, on risque notre vie, dès qu’on met le nez dehors.

Je me blottis contre lui, voulant un câlin :

- S’il te plait, trouve-toi un autre job, avant qu’il ne te tue, qu’il nous tue, qu’il tue notre amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 228
❧ LOCALISATION : Auprès de Miya


MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   Jeu 23 Fév - 18:09


(c)Tumblr

Parfois entre rentrer à la maison et coffrer les plus sournois criminels de la ville, c’était rentrer chez soi qui était le plus difficile ! Effectivement, Eryc était épuisé … Il avait tout sauf envie de se disputer avec Miya. Pourquoi leur couple ne fonctionnait-il pas normalement ? Peut-être parce que rien n’était normal chez lui. Le jeune homme comprenait que son métier posait problème à sa petite-amie mais que pouvait-il y faire ? Changer de carrière ? Oui, et pour devenir quoi ? Eryc n’avait jamais rien connu d’autre ! Pour lui, c’était ça sa vie. Coffrer les malfrats et les rendre à la police contre une somme d’argent. Devenir flic ? Non, ça ne lui avait jamais effleuré l’esprit. Il n’aimait pas toutes ces règles qu’on leur imposait. Lui, en tant que chasseur de prime, il avait le droit de foncer dans le tas comme bon lui semblait ! Et les répercussions de ses actes étaient peu nombreuses et minimes. Quand on est agent, on doit faire attention à une foule de détails … Sinon, tout peut très vite partir en vrille. Eryc n’était pas le genre d’homme qui prenait attention à toutes ces petites choses futiles. Lui, il préférait y aller à fond et tant pis pour les conséquences !

Les paroles de Miya ne le prennent pas au dépourvu, ne le surprennent même pas. Après tout, c’est presque tous les jours le même discourt. Ils s’engueulent sans cesse pour le métier d’Eryc alors que tout ce qu’il voudrait, lui, c’est qu’elle accepte sa profession. Parfois, le jeune homme craignait pour leur couple ! Ils s’aimaient profondément tous les deux et ils avaient ce lien fort ainsi que cette connexion, comme s’ils se connaissaient depuis une vie antérieure déjà ! Et pourtant, les engueulades étaient de plus en plus nombreuses et fréquentes. Eryc ne voulait pas qu’ils deviennent l’un de ces vieux couples qui passent son temps à se faire des reproches plutôt qu’à s’aimer. Le chasseur de prime ignorait cependant comment mettre fin à toutes ces querelles futiles.

« Écoutes Miya, je prends ces risques pour nous ! Pour nous deux, tu comprends ? Je veux juste qu’on soit bien ensemble … Ici, on a une vie tranquille et on a la sécurité de cette maison. Tant pis si je dois me prendre deux trois coups au passage ! Au moins, je suis sûr qu’on sera heureux … »

Eryc avait le cœur lourd, il avait vraiment horreur de la voir pleurer ! Miya était son plus gros point faible, il ferait tout pour elle … Alors la voir là, juste sous ses yeux, pleurant à chaudes larmes par sa faute ! C’était vraiment insupportable, la jeune femme s’approcha et vint se blottir entre les bras protecteurs de son petit-ami. Eryc glissa les bras autour de la silhouette frêle de Miya et la serra tendrement contre son torse, il ne savait plus quoi faire pour elle ! Quitter son travail ? Seraient-ils heureux tous les deux, sans toits au-dessus de leur tête ? Seraient-ils heureux sans une alarme à la maison prête à sonner dès que quelqu’un les menaçait ? Seraient-ils heureux sans argent pour se nourrir à leur faim. Eryc voulait la meilleure des vies pour sa petite-amie, il voulait vraiment la rendre heureuse ! Et même si elle avait peur pour lui, elle s’y ferait ! Elle comprendrait un jour ou l’autre qu’il était un grand garçon et que les quelques hématomes de-ci de-là ne lui faisaient plus peur !

« Attends, attends, attends. Rien ne tuera notre amour, d’accord ? Jamais je ne laisserais quoi que ce soit ou qui que ce soit se mettre entre nous, tu le sais ça, hein ? »

Il caressa la joue de Miya, elle était si frêle et si fragile par rapport à lui ! Et dire que c’était elle qui s’inquiétait … Elle qui devait peser la moitié du poids d’Eryc, elle qui ne portait jamais d’arme à feu sur elle, elle qui était si douce et si aimante. Le monde était à l’envers … C’était plutôt à lui de s’inquiéter ! Parce qu’après tout, Miya aussi pouvait lui échapper. Non seulement à cause de leurs ennemis, dus à son travail ou à la vie passée de la jeune femme ! Mais aussi à cause de ce garçon-là, ce Prince ! Eryc prenait sur lui, il se contrôlait vraiment pour ne pas aller trouver en tête-à-tête celui qui tournait autour de sa petite-amie et lui expliquer sa façon de penser … Le chasseur de prime respectait trop Miya pour la mettre dans l’embarras en allant casser la figure d’un homme qu’elle côtoyait tous les jours ! Mais il suffirait d’un geste, d’une parole déplacée de la part de ce Prince pour qu’Eryc ne débarque et n’en fasse une crêpe !

« Tu es sûre que tu ne veux pas venir au restaurant avec moi ? J’aimerais vraiment qu’on sorte tous les deux ! Ces derniers temps, on a fait que se disputer … Je ne veux pas de ça pour nous ! Je veux juste que tu sois heureuse avec moi. »

Eryc glissa sa main dans celle de Miya et entrelaça leurs doigts, c’était impressionnant comme la main du jeune homme pouvait être deux fois plus grande que la frêle main de Miya. Pour le chasseur de prime tout chez sa petite-amie était frêle et fragile ! Il n’y pouvait rien, il ne parvenait à se sortir ça de la tête. Il voulait la protéger de tous les dangers du monde et s’il l’avait pu, il l’aurait mise en sécurité dans une bulle. Mais Miya était elle aussi une grande fille et elle n’avait pas besoin de la surveillance constante d’Eryc. Il tentait de s’en persuader, de se dire qu’elle n’était pas si frêle que cela et qu’il ne devait pas devenir son « protecteur » plus que son « âme sœur ».

« On arrête d’en parler, d’accord ? Au moins pour la soirée ! Je veux vraiment qu’on change de sujet … Racontes-moi ta journée ! »

Il n’y avait qu’avec elle que le jeune homme était aussi bavard et naturel ! Avec Miya, il se sentait bien et serein. Eryc réalisa qu’il ne l’avait même pas encore embrassée, il remédia à cette erreur en déposant un doux baiser dans le cou à la peau blanchâtre de la belle. Un sourire naquit sur les lèvres du chasseur. Il allait tout faire pour l’emmener au restaurant ! Cette mine boudeuse sur le visage de sa petite-amie, il voulait la voir disparaître ! Et à la place, il voulait voir un grand sourire trôner sur ses belles lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 455
❧ AGE IRL : 29
❧ LOCALISATION : Avec mon Eryc


Livre de Conte
❧ CITATION: Noir du prix que celle de l'homme
❧ LIENS:

MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   Lun 5 Mar - 12:41

Je ne comprends pas qu’il puisse dire ça. Il prend des risques pour nous, ah non c’est plutôt le contraire. C’est vrai, être chasseur de prime était un métier à haut risque, il se pouvait se faire des ennemis de partout. Pour le peu qu’il arrête quelqu’un, c’est le frère ou l’ami de ce dernier qui voudra se venger de mon Eryc en le faisant souffrir. Et comme je suis son point faible, je risque de me faire enlever, torturer ou même tuer par un de ces gars. Ou alors, ils peuvent menace de me tuer, si Eryc ne fait pas ce qu’ils disent et je refuse qu’on puisse porter la main sur l’homme de ma vie. Je l’aime plus que tout au monde, et je refuse qu’il soit blessé par ma faute. Je sais bien que je suis toute petite avec une force de mouche, mais je voudrais changer ça. Pour ça, faudrait que je prenne des cours de self défense, sans qu’Eryc ne s’en aperçoive. Peine perdue, car il le sera plus vite qu’il n’est possible de le savoir. Je sors cette pensée de la tête et continue de l’écouter.

Ce qu’il me dit ensuite, me laisse sans voir. Il ose prétendre que son métier est une condition de notre bonheur, non mais c’est quoi ces conneries de merde. C’est justement à cause de son foutu boulot de merde, qu’on n’est pas complètement heureux, car on n’arrête pas de s’engueuler à ce propos. Son boulot va ruiner notre amour, car je n’arrêterais pas de m’en faire. Mais bon s’il veut jouer à ce jeu, on va jouer et il va perdre car j’ai plus d’un tour dans mon sac. Je laisse passer ça, attendant le moment opportun pour trouver en plein milieu :

- Oui bien sur, tu as raison. Ton boulot nous permet de vivre, c’est vrai qu’avec mon boulot d’assistante vétérinaire, on n’a pas assez les moyens pour vivre, dis-je sur le ton du sarcasme.

Il me serre dans ses bras, disant que notre amour ne sera jamais entaché. Je souris entièrement, sachant très bien qu’Eryc pouvait se montrer un peu jaloux envers Prince, le mec qui n’arrête pas de me couler au cul depuis que je suis arrivée dans cette ville. Je sais qu’il ressentait de l’amour pour moi, et j’ai eu beau lui dire que je suis avec quelqu’un, il ne s’avoue pas vaincu. Cette situation ennuyée beaucoup Eryc et je sais qu’il se retient de ne pas aller frapper Prince s’il ose encore m’approcher. Avec ce mec, plus les ennemis d’Eryc, notre amour pourrait être réduit à rien, si on n’arrêtait pas de s’engueuler pour ça :

- Je le sais bien, mais j’ai tellement peur qu’on nous sépare. C’est vrai, tu as tant d’ennemis avec ton boulot qu’on risque nos vies à être ensemble.

Je sais que ce que je pouvais dire, est méchant, mais c’est mon cœur de petite amie inquiète, blessée et triste qui parle, car il ne comprend pas que je puisse m’en faire pour lui. Lui, il en a le droit, et pas moi. Pourquoi ? C’est injuste. Soudain Eryc remet le coup du restaurant. Alors il veut vraiment y aller pour passer un peu de temps avec moi. Hum, je dois dire que son idée me tente beaucoup, puis au moins, on passera un moment, rien qu’à deux, en amoureux. Cela faisait très longtemps, j’embrasse sur la bouche avant de répondre :

- Hum bien sur, pourquoi pas, ça fait longtemps qu’on n’est pas sorti en amoureux. En parlant d’amoureux, j’attends toujours mon bisou de bienvenue, et pas dans le cou si tu vois que je veux dire.

Je laisse échapper un petit sourire sur mes lèvres, alors qu’il dépose un baiser dans mon cou, il fait toujours ça, mais il pourrait aussi bien m’embrasser sur la bouche, comme tout bon couple qui se respecte. Puis vient le moment que j’attendais : comment s’est passé ma journée ? Je souris encore plus, on va voir qui va s’inquiéter maintenant. Je me détache de lui et regarde dans le vide, faisant style de bouger :

- Hum, ma journée s’est bien passée. J’ai croisée encore une fois de plus Prince. Tu sais, le mec super riche qui me coule aux baskets. On a beaucoup discuté, il est très sympa quand il veut, très gentil. Tu ne devrais pas t’inquiéter pour ça, d’ailleurs. Ah tiens, il a passé son bras autour de mes épaules, j’ai trouvée ça très touchant. Pas toi ?

Je me retourne vers lui et le regarde comment si de rien, n’était et ce que je vis, me fait comprendre qu’il a mordu à l’hameçon. Qui va s’inquiéter pour sa moitié maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 228
❧ LOCALISATION : Auprès de Miya


MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   Sam 10 Mar - 13:45


(c)Tumblr
Eryc n’en pouvait franchement plus de leurs disputes, ce n’était pas ce genre de vie qu’il voulait pour eux ! Il avait juste envie de rentrer à la maison et retrouver son petit nid douillet, sans prises de tête. De toute façon, que Miya l’accepte ou pas, il continuerait son travail. Sans son job, ils ne pourraient pas se permettre la vie qu’ils menaient tous les deux ! Ils ne pourraient pas vivre ici, ils auraient tellement de contraintes et de soucis financiers … Eryc ne supporterait pas de voir Miya dans le besoin par sa faute. Et quoi qu’il en soit, il était hors de question qu’il change de boulot ! Pour lui, c’était comme ça et ça le resterait. Il était bon dans son domaine, traquer les criminels, les retrouver, les affronter et les coffrer. C’était son quotidien, il savait y faire ! Il existe des risques dans tous les métiers ! Miya pouvait se faire mordre par un chien qui avait la rage le lendemain ; piquer par un serpent venimeux ; être attaquée par un quelconque animal sauvage. Et qu’était-il censé faire ? La mettre dans une boîte pour lui éviter d’être atteinte de quoi que ce soit ? Eryc aurait aimé la protéger de tout mais il fallait l’avouer : C’était impossible. Alors sa petite-amie devait le comprendre elle aussi. Leur vie n’était pas un conte de fée.

« Tu crois qu’on pourrait payer toutes nos factures, toutes nos dépenses et toute notre façon de vivre avec ton salaire d’assistante vétérinaire ? Tu sais bien que c’est un boulot que tu mènes de front avec tes études … Nous avons besoin de travailler tous les deux pour vivre correctement. Sans ton job ou sans le mien, on ne pourrait pas se permettre tout notre confort ! Et puis je ferais quoi moi sans boulot ? Je resterais toute la journée dans le fauteuil ? Ce n’est pas pour moi … »

Elle vint se blottir dans ses bras, Eryc le tenait contre lui. Il se sentait bien avec elle mais parfois, il aurait aimé qu’elle se contente de profiter de leur vie ! Ils étaient ensembles, ils étaient amoureux l’un de l’autre et elle s’évertuait à s’empoisonner l’existence avec des questionnements inutiles. Quand pourraient-ils profiter de leur amour s’il y avait toujours quelque chose pour venir les déranger ? Lorsque Eryc rentrait à la maison, il se fichait éperdument de combien de cobras sa petite-amie avait dompté aujourd’hui ! Il voulait simplement s’asseoir auprès d’elle, la tenir dans ses bras et l’entendre rire. Mais tout ça, c’était impossible … Car elle faisait une fixation sur son travail !

« Nos vies ne sont pas en danger ! Tu sais très bien que rien ni personne ne s’approchera de toi, tu me fais confiance quand même, non ? »

Cette question était un peu une question piège, Miya était forcément en confiance avec lui. Et c’était préférable ! Car si elle ne se sentait pas en sécurité à ses côtés alors Eryc préférait tout interrompre tout de suite. Il ne voulait sûrement pas lui imposer une vie où elle serait mal à l’aise à chaque instant, où elle aurait peur à chaque bruit dans la maison. Il était là pour la protéger et il faisait son métier avec brio ! Ce n’était pas un amateur, ses cibles ne le connaissaient jamais et il était discret … Autrement dit, ils n’avaient pas tant d’ennemis que ça non plus ! Eryc était un professionnel après tout et les pros ne font pas leur job à moitié !

Elle embrassa ses lèvres, Eryc profita de ce baiser un instant. Au moins, quand ils s’embrassaient, ils ne se disputaient pas ! Finalement, il aurait pu passer sa vie à l’embrasser … Tout aurait été plus simple et nettement plus intéressant. Miya accepta enfin de sortir au restaurant avec lui, le jeune homme esquissa un sourire satisfait. Ils n’étaient plus sortis ensemble depuis un moment ! Et ça lui manquait ces dîners tranquilles où ils pouvaient parler de tout et de rien en profitant de l’ambiance romantique. Eryc ne put s’empêcher de sourire en entendant sa petite-amie lui réclamer un baiser de bienvenue. Il l’attira tout contre lui et pencha le visage pour venir l’embrasser avec passion sur les lèvres.

« Prince … »

Il hocha la tête d’un air pensif. Ce garçon lui tapait sur le système nerveux ! Tourner autour de sa Miya, c’était une idée un peu suicidaire. Eryc n’était pas quelqu’un de jaloux, il n’imposait rien à sa petite-amie, il n’était pas le genre qui la suivrait ou qui lui demanderait des comptes. Mais lorsqu’elle venait lui dire qu’un autre homme lui tournait autour, ça avait le don de le mettre en rage. Ce n’était pas la concurrence à proprement parler qui l’ennuyait car il savait que Miya l’aimait lui et aucun autre … Cependant le simple fait que sa petite-amie soit draguée par un autre le rendait fou. Eryc aurait été démolir la tête de ce garçon là tout de suite si Miya ne lui avait pas demandé de garder son calme. Le jeune homme leva un regard intrigué vers elle.

« Il ne doit pas tenir à la vie … Mais ça ne fait rien, il comprendra mieux les choses la prochaine fois que je le croiserais ! »

Un nouveau hochement de tête et Eryc se rapprocha de Miya, cependant il ne s’arrêta pas pour la tenir dans ses bras ou pour l’embrasser, il passa tout droit et quitta la pièce. Entrant dans leur chambre, il ôta son pantalon et commença à fouiller dans l’armoire. S’ils allaient au restaurant, il allait lui falloir une tenue adaptée aux circonstances ! Eryc attrapa un pantalon noir qu’il jeta sur le grand lit et alla ensuite chercher une chemise blanche. Il ne sortirait pas le grand jeu, après tout ça ne lui ressemblait pas de sortir en costard cravate ! Mais tout de même, on n’arrive pas au restaurant en jeans et en sandales. Enfilant le pantalon, il lança sur un ton amusé :

« Quel genre de parents appellent son fils Prince ? »

Et voilà que la discussion sur les bébés étaient lancées … Mais juste au moment où l'homme s'apprêtait à relancer la conversation, son téléphone se mit à sonner. Eryc commença à le rechercher, il le débusqua finalement et décrocha. Si seulement il avait imaginé ce qu'on allait lui annoncer ... Il aurait probablement inspiré un grand coup avant de répondre. Le jeune homme se dirigea vers le lit et s'y assit, sentant que sur le coup, il avait besoin d'un point de repère réel. Dans son oreille, un discourt funeste retentissait.

« Bonjour Monsieur Hunter ! Nous vous téléphonons pour vous communiquer nos plus sincères condoléances quant à votre oncle Robert. Vous ne devez pas l'ignorer, vous avez une nièce et celle-ci est mineure. Elle ne peut donc pas subvenir seule à ses besoins, étant la dernière famille qu'il lui reste, et si vous y consentez, elle restera chez vous durant un temps indéterminé ... »

Le reste n'était qu'un blabla totalement inutile. Eryc n'avait pas beaucoup de familles, à vrai dire, il ne connaissait pas celle-ci. Il n'avait de contacts avec personne, aucun d'entres eux en tout cas. Sa nièce qui allait débarquer allait chambouler sa vie mais aussi celle de Miya. Le jeune homme leva les yeux vers l'encadrement de la porte ... Ils allaient avoir une adolescente à charge ! C'était un grand pas en avant dans leur relation. Mais le jeune homme ne pouvait refuser et laisser cette jeune fille dans la misère. Il accepta donc qu'elle vienne vivre chez eux. Ensuite, il retourna à la salle de bain et s'adossa à l'embrasure de la porte.

« Il faut qu'on parle de quelque chose ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MEMBRE D'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur

circle of life
❧ MESSAGES : 455
❧ AGE IRL : 29
❧ LOCALISATION : Avec mon Eryc


Livre de Conte
❧ CITATION: Noir du prix que celle de l'homme
❧ LIENS:

MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   Jeu 29 Mar - 19:38

Je commence à en avoir vraiment marre de me disputer avec Eryc. Dès que je rentre de la fac ou du travail, vous pouvez être sur que je vais m’engueuler avec lui dans neuf cas sur dix. Mes nerfs et mon moral m’en peuvent plus. Je suis en train de me demander si notre couple a encore un avenir ici. Non pas que je ne l’aime plus. Au contraire, je l’aime plus que tout au monde, il est ce que j’ai de plus cher au monde. N’ayant plus de parents, ni de frères et sœurs et encore de tantes ou de cousines, ni même de nièces ou de neveux, Eryc est donc ma seule et unique famille dans ce monde que je ne connais pas bien encore. J’ai besoin de lui comme un noyé à besoin d’une bouée de sauvetage, il est ce qui me permet de vivre dans ce bas monde. Hélas, mon amour pour ce bel homme est entériné par le travail de ce dernier. Il est chasseur de primes depuis des années et n’a fait que ça dans sa vie depuis que je le connais.

Son travail est tout pour lui, tout comme le mien. Mais voilà est-ce que notre travail respectif est plus important que notre couple, notre avenir ? Je suis en train de me le demander, car nos boulots sont en train de ruiner notre avenir. Si je voulais un jour, fonder une famille, il faut que nos disputes cessent. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire, car je ne peux m’empêcher de m’en faire pour lui. Il risque sa peau à chaque fois, qu’il arrête quelqu’un. Après tout un homme dont Eryc a arrêté le frère ou l’ami, pourrait bien vouloir se venger et nous faire du mal. Il voudrait faire souffrir Eryc et je suis son point faible. Si quelqu’un m’enlèverait, je ne supporterais pas qu’à cause de moi, Eryc soit blessé ou pire. Je ne supporterais pas de vivre sans lui, il est mon âme-sœur, mon bien le plus précieux.

Je l’écoute alors qu’il blablate sur le fait que sans son travail, on ne pourrait pas s’offrir la vie que nous menons en ce moment. Certes, je le concède, son salaire est bien supérieur au mien, mais moi aussi je l’aide dans le paiement des factures. Après tout, c’est ma maison, je l’ai….. Je ne sais plus où, mais je l’ai eu et j’ai toujours vécue ici. Avant que je n’accueille Eryc, je payais bien tout ce qu’on paie aujourd’hui. Bon certes, je faisais deux boulots en même temps pour payer les factures, mais j’y arrivais. Mais c’est vrai que la salaire d’Eryc m’a permis d’abandonner un boulot que je n’aimais pas et de me consacrer uniquement aux animaux que je soigne. Je baisse la tête, avant de répondre :

- Je sais que grâce à ton salaire, on peut s’offrir une vie normale et sans problème, mais essaie de me comprendre. Je m’inquiète pour toi, tu es ce que j’ai de plus cher au monde, tu es ma seule famille. Je ne pourrais pas vivre sans toi, tu es tout pour moi.

Des larmes perlent à mes yeux et je les retire de suite, je ne veux pas qu’Eryc voit ma faiblesse. Je viens me blottir et me laisse aller sur son torse bien musclé. Je passe mes mains sur ses pectoraux sculptés et ferme les yeux, alors qu’il me dit que rien, ni personne ne s’approchera de moi. Pff, pourquoi est-ce qu’il veut toujours me protéger moi, qu’il se protège lui aussi, ainsi je m’inquièterais moins :

- Protège-toi aussi, ainsi je m’inquièterais moins. Après, tout, il est normal que je m’en fasse pour l’homme que j’aime, non ? Et oui, j’ai confiance en toi, mais toi est-ce que tu as confiance en moi ?

Il m’embrasse de nouveau, alors que je lui parle de Prince. Evidemment comme je l’avais prévue, il se met en boule. Il n’aime pas que je parle de ce garçon qui me tourne autour. Pourtant il devrait avoir confiance en moi, car il sait que Prince ne m’intéresse pas et que seul LUI compte à mes yeux, mais apparemment non, car il partit dans notre chambre en pestant :

- Tu vois, j’ai confiance en toi, mais pas toi. Si tu avais confiance en moi, tu serais que Prince ne m’intéresse pas et que toi seul compte. Tu sais que je serais le mettre à sa place si j’approche de trop près de moi. Tu parles de confiance, mais ce n’est qu’à sens unique.

Mes larmes redoublent et je m’écroule à terre dans la salle de bain en larmes. Je suis pris de spasmes et je ne m’entends pas le téléphone sonner. Je n’entends pas non plus Eryc décrocher et parler à la personne au bout du fil. Je ne l’entends pas non plus revenir vers la salle de bain et se dresser devant le palier de la porte. Je le regarde avec mes yeux baignés de larmes et mon corps secoué de tremblements :

- Quoi, qu’est ce qui se passe ? Tu vas me dire que tu t’en vas arrêter un criminel et que notre sortie restau est annulée. Bah vas-y, j’en ai rien à foutre, si ton boulot compte plus que tout pour toi, alors vas-y. Ne t’occupe pas de moi.

Je me lève et est prête à partir quand son bras musclé empoigne le mien et je croise alors son regard triste. Est-ce qu’il s’en veut ? Est-ce qu’il va s’excuser ? Rien n’est moins sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

circle of life


MessageSujet: Re: If you give a little love maybe we can change the world ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

If you give a little love maybe we can change the world ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: where trolls and fairies live :: MANOTICK DISTRICT-
Sauter vers: